08 Décembre 2019 pour le FOCUS au sein de L'OBS
Interview par Fannie Fitoussi / Crédit photos : ©schrodingerstudio

VITAA NOUS CONFIE SES SECRETS POUR RESTER EN FORME

« J’ai fait tous les régimes de la Terre et c’est la première fois de ma vie que je mincis sans me priver ! »

Avec les deux confinements, le télétravail pour certain(e)s, le manque d’exercice, le stress, l’année 2020 a mis notre corps à rude épreuve. Grignotage, apéro-zoom, menus déséquilibrés, couchers tardifs… Ça vous parle ? Et si on se reprenait en main, tout en douceur, comme Vitaa ? Modèle de féminité et de glamour, à la fois maman, auteure, chanteuse et performeuse, cette gourmande invétérée est parvenue à perdre 7 kg, sans se priver ! Son secret ? L’appli WW ! Il ne s’agit pas à proprement parler d’un régime mais plutôt d’un rééquilibrage alimentaire, adapté aux goûts de chacun(e). Vous désirez en savoir plus ? Alors que la tournée VersuS Tour a été reportée de quelques mois, Covid oblige, Vitaa a accepté de nous confier ses astuces pour mincir en gardant le sourire.

Vous êtes l’ambassadrice de WW, le nouveau nom de Weight Watchers. Son programme minceur vous a permis de perdre 7 kg. Qu’est-ce qui vous a séduit dans cette méthode ?

Vitaa : J’aime énormément manger (rires). Je déteste me priver. Et le programme WW n’est pas un régime justement, c’est un programme alimentaire. Si on a besoin de sucre tous les jours, et c’est mon cas, eh bien c’est permis ! Personne ne me retirera mon petit gâteau quotidien (rires). En fait, chaque aliment représente un nombre de points et il suffit de ne pas dépasser le capital journalier. J’ai fait tous les régimes de la Terre et c’est la première fois de ma vie que le sucre rapide est autorisé. Pour moi, c’est le rêve !

« Grâce à l’appli WW, j’ai perdu 7 kg… et je n’ai rien repris ! » Par exemple, comment attaquez-vous votre journée ?

Vitaa : Je suis quelqu’un d’assez routinier. C’est ma nature, même en dehors de la nourriture. Pour le petit déjeuner, j’ai remplacé mes tartines pleines de sucre par des flocons d’avoine, et le lait de vache par du lait d’amande. Je me prépare mon bol avec des fruits et je n’oublie pas les protéines, de la charcuterie maigre par exemple. Tous les matins, je mange la même chose et ça me tient au corps facilement quatre heures.

Quel est le « craquage » le plus insensé que vous vous autorisez avec le programme WW ?

Vitaa : Quand j’ai un petit creux et que j’ai envie de fast-food, j’ai trouvé un sandwich avec peu de SmartPoints WW: le muffin œuf et fromage. C’est seulement 6 SmartPoints ! Du coup, je me fais plaisir sans culpabilité et sans me priver !

Rassurez-moi, vous ne mangez pas de frites avec, quand même !

Vitaa : Non (rires) ! D’ailleurs, je ne suis pas fan des fritures en général. Moi ce que j’adore, ce sont les bons plats en sauce. Avec le programme WW, c’est autorisé, il faut juste doser l’apport en gras.

Vous êtes d’origine italienne et vous avez grandi dans la région lyonnaise… Avez-vous le temps de cuisiner des plats traditionnels à votre famille ?

Vitaa : Totalement ! Je cuisine beaucoup. Et je vais vous faire une confidence, il n’y a que moi qui cuisine à la maison ! Je suis comme tout le monde, comme toutes les femmes, je prépare les repas de mon mari et de mes enfants. Le seul moment où je me fais un vrai kiff, c’est pendant les vacances, comme l’été dernier : nous sommes partis à quinze et nous avons engagé une cuisinière à plein temps. Sinon, toute l’année, c’est moi qui cuisine et c’est un truc que j’aime faire !

« Je mange moins que mes fils et mon mari, mais je mange avec eux les mêmes plats ». Quelles sont vos spécialités ?

Vitaa : Le bœuf bourguignon, les spaghettis à la bolognaise comme ma maman nous les faisait. J’adore aussi la cuisine indienne dont le poulet tikka masala. Je mange moins que mes fils et mon mari, mais je mange avec eux (rires) ! On peut manger de tout, il suffit de ne pas mettre trop d’huile.

Vous évoquiez votre maman… Quels sont les plats de votre enfance qui rappellent le plus de souvenirs ?

Vitaa : Ma maman est une très bonne cuisinière. Elle est italienne d’origine pied-noir d’Algérie. Alors, forcément, la cuisine méditerranéenne a bercé mon enfance. Elle m’a appris plein de choses, dont les recettes de pâtes traditionnelles. Mes préférées sont les pennes au gorgonzola. C’est vrai que le fromage, c’est gras, donc pas tous les jours. Mais rien ne m’empêche de faire des pâtes plus souvent, avec de la sauce tomate et de la viande de bœuf. J’adore faire des « grosses plâtrées » où chacun se sert à sa convenance.

En fait, régime ou pas, toute la famille mange les mêmes plats. Vous vous servez des portions plus petites et c’est tout…

Vitaa : Exactement ! Si je devais me préparer des plats spéciaux et cuisiner autre chose pour les enfants tous les jours, ça serait l’enfer ! Mon fils qui a 5 ans adore les légumes, donc on partage aussi nos brocolis (rires). Grâce au programme WW, j’ai réappris à cuisiner les féculents sans culpabiliser. Moi qui croyais que pour perdre du poids, il fallait supprimer le riz, les pommes de terre, les pâtes… c’était une erreur. Pour compenser, je grignotais des gâteaux la nuit. Désormais, c’est féculent midi et soir et finies les fringales !

Avez-vous un rythme de sommeil régulier ?

Vitaa : Oh la la, pas du tout (rires) ! Je vis la nuit mais le matin, je me lève tôt pour accompagner mes fils à l’école. C’est pour ça que je suis tout le temps fatiguée (rires) ! Donc, en milieu de matinée, je me recouche jusqu’à midi. Je dors en fractionné, 5 ou 6 heures maximum.

Sur Instagram, vous affichez une silhouette fuselée et un look glamour qui font fondre vos 795 000 followers. Avez-vous toujours été sportive ?

Vitaa : Je suis flattée par votre compliment mais moi, je ne considère pas mon corps comme « incroyable » (rires). J’étais très sportive quand j’étais plus jeune, un peu garçon manqué. J’ai complètement arrêté l’entraînement, depuis la fin de mon adolescence jusqu’à… il y a deux ans (rires). Pendant cette période, jamais je n’aurais pensé mettre un pied dans une salle de fitness ni faire le moindre exercice. Alors si moi j’en fais, tout le monde peut s’y mettre ! Maintenant, c’est un véritable besoin !

« Je dors peu et en fractionné : 5 ou 6h, pas plus ! »

« À la maison, il n’y a que moi qui cuisine et j’adore ça. Ma spécialité ? Les pâtes ! »

Bien que le VersuS Tour ait été reporté au printemps/été 2021, vous avez poursuivi très rigoureusement vos séances de préparation physique avec votre coach, Fabio. À quel rythme vous entraînez-vous ?

Vitaa : Habituellement, deux fois par semaine. Avec les confinements successifs, je suis passée à trois séances par semaine. Il faut savoir que le sport ne fait pas maigrir. Ça sert à tonifier, à retrouver son souffle, mais sans rééquilibrage alimentaire, on ne perd pas de poids. L’un ne va pas sans l’autre. C’est une des choses que j’ai apprise grâce à ma coach WW, Sophie.

Votre nouvel album avec Slimane, « Chapitre II » est sorti à l’automne avec un titre qui est déjà un tube, le single « Ça ira ». Comment vivez-vous dans le même temps le report de votre tournée ?

Vitaa : Je ne vous cache pas que l’on a ressenti une grande frustration. Nous étions en répétition et, deux jours avant le début de la tournée, tout a été stoppé. Dieu merci, nos dates sont désormais fixées et nous serons de retour sur scène dès le 25 mai…

Vous êtes auteure de vos chansons. Quand vous écrivez « Le bonheur se fait rare, ne t’y habitue pas », quelles sont vos peurs et vos préoccupations pour la génération future ?

Vitaa : Quand on passe la trentaine, qu’on devient parent, on se pose plein de questions. On vit dans un monde qui n’est pas rassurant. Ce qui m’inquiète le plus en tant que maman, c’est l’omniprésence des réseaux sociaux dans la vie de nos enfants. Cette société de l’image, des médias, me fait peur. Ça va trop vite. Ils sont accros à leur téléphone et on ne sait pas ce qui se passe. Ils sont tous en contact et on ne sait même plus avec qui ils parlent. Pour eux, c’est normal. Pour nous, parents, c’est source d’inquiétude car on n’a pas le contrôle.

Dans un autre registre, le titre « Tu me laisses », en collaboration avec Dadju, est très attendu. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration ?


Vitaa : Ce titre est un ovni (rires) ! C’est un morceau hyper original, à mille lieues de l’univers de Dadju, Slimane et moi. C’est une bombe atomique pop urbaine… dans l’esprit de The Weeknd. Mais je vous laisse découvrir, c’est une surprise !!!

Retrouvez VITAA et toutes les infos de sa tournée sur son site https://vitaa.fr/

Suivant
Sonia Rolland
Comments are closed.