08 Décembre 2019 pour le FOCUS au sein de L'OBS
Interview par Fannie Fitoussi

Avec 3,4 millions de followers, Caroline Receveur est l’une des influenceuses les plus prisées du moment. Interview de cette femme d’affaires hors norme.

“ À travers ma marque de vêtements, j’essaie de passer un message de femme qui s’assume, qui ose, qui n’a pas peur du regard des autres. ”

À la fois chef d’entreprise et influenceuse, Caroline Receveur est aussi une jeune maman glamour de 32 ans, qui vit entre Londres et Paris avec son fiancé, le mannequin Hugo Philip, et leur petit garçon, Marlon. Élégante, fraîche et terriblement attachante, la businesswoman a conquis le coeur des Instagrameuses du monde entier et peut se targuer d’avoir fait la « Une » du prestigieux magazine Forbes l’été dernier. Secrets d’une success-story.

Vous avez créé votre première entreprise à l’âge de 20 ans, tout en découvrant le monde de la télévision. Quels étaient vos rêves à cette époque ?

Caroline Receveur : Après mon Bac, j’ai tenté une carrière de mannequin, à Paris. Mais au bout d’un an, je suis rentrée en Lorraine. Je ne gagnais pas assez d’argent pour payer mon loyer et j’ai vite compris que ma taille, 1,69 m, serait un frein pour faire carrière dans ce domaine. J’ai d’abord ouvert un petit bar à salades, à côté de la gare de Metz, puis une boutique de vêtements et d’accessoires en ligne, associée à mon blog… À cette époque, j’avais surtout envie d’être indépendante, je voulais être mon propre chef, même si je tâtonnais et ne savais pas réellement comment y parvenir.

Vous participiez à l’époque à des shows télé, vous êtes ensuite devenue animatrice sur NRJ12, et brusquement, en 2014, vous arrêtez tout pour vous consacrer à votre propre marque de thés détox, Wandertea. On vous a découverte très concernée par les plantes comme source de bien-être…

C. R. : À ce moment-là, j’avais envie de prendre un nouveau départ. J’avais pris du poids, je me sentais gonflée. J’avais pas mal de petits soucis au quotidien que je ne voulais pas traiter par les médicaments. J’ai testé de nombreuses « potions » pas vraiment magiques. Je me suis alors tournée vers les plantes pour m’affiner,

me sentir mieux. J’ai lu quantité d’ouvrages sur la question et j’ai remarqué qu’aux États-Unis, en Australie, le bienêtre passait souvent par les plantes. J’ai cherché des équivalents sur le marché français… que je n’ai pas trouvés. Il y a cinq ans, le thé détox était inconnu en France, je voulais être la première à apporter cette nouveauté… Je me suis donc rapprochée d’un pharmacien-herboriste avec qui nous avons conçu des mélanges premium, tous made in France. Ce ne sont pas des thés « plaisir », il n’y a pas d’arôme ni de parfum. Ce ne sont pas non plus des thés miracles mais ils aident à détoxifier le corps, drainer, améliorer la qualité de la peau, selon les gammes. Ils sont accompagnés de conseils en nutrition car, bien entendu, il n’est pas question de se nourrir d’hamburgers/frites pendant la cure (rires).

 

Mangez-vous bio ? Sans gluten ?

C. R. : À une époque, j’avais effectivement supprimé le gluten de mon alimentation, pensant que ça allait améliorer radicalement mon état… mais ce n’est plus le cas. Je ne mange pas non plus bio car ce terme est devenu trop marketing à mon goût. Je me suis rendu compte, avec les années, que cela ne sert à rien d’être dans les extrêmes. Je privilégie les aliments sains sans me frustrer, en craquant de temps en temps pour un plat bourré de calories. J’ai trouvé mon équilibre.

Vous êtes l’égérie du Braun Beauty Face Spa, ainsi que de la gamme de soins du visage Clinique ID. L’Oréal Paris a également créé une gamme de maquillage portant votre nom. Sur quels critères choisissez-vous ou non de représenter une marque ?

C. R. : Il faut que ça me plaise, que ça ait du sens. Je suis très fidèle aux marques avec lesquelles je collabore. Ça fait quatre ans que je travaille avec L’Oréal Paris, Braun, APM Monaco, les montres Cluse… j’aime les collaborations sur le long terme.

En tant qu’influenceuse de renom, un grand nombre de jeunes femmes souhaitent vous ressembler. Quels seraient les conseils beauté que vous pourriez leur confier ?

C. R. : Pour moi, le meilleur conseil beauté, c’est l’hydratation, de l’intérieur comme de l’extérieur : boire de l’eau régulièrement – je me trimballe toujours avec ma bouteille d’un litre et demi – et trouver les crèmes de soin qui conviennent à votre peau. Les autres conseils que je donnerais seraient d’écouter son corps, ne pas enchaîner les repas trop lourds plusieurs jours de suite et dormir suffisamment. C’est basique mais essentiel pour se sentir bien.

Vous êtes une jeune maman. Votre routine beauté et forme a-t-elle changé depuis la naissance de Marlon, il y a 17 mois ?

C. R. : Je ne fais plus de sport (rires) ! J’en faisais beaucoup avant ma grossesse, je me mettais d’ailleurs la pression par rapport à ça. Depuis mon accouchement, j’ai lâché prise. Mais pour être honnête, j’ai hâte de recommencer mes séances de Pilates Reformer, à Londres, j’adore ça ! Concernant les produits de beauté, je n’ai rien changé. Je suis très fidèle dans mes collaborations mais aussi avec les produits que j’utilise (rires). Ayant une peau assez réactive, j’apprécie le confort des crèmes que j’utilise déjà.

“ Je travaille actuellement sur le scénario d’une fiction... mais c’est encore top-secret ! ”

Au début de l’année, vous avez lancé également votre marque de vêtements et d’accessoires : RECC Paris (Rec pour Receveur et C pour Caroline), qui propose une nouvelle collection tous les deux mois, en série limitée. Comment choisissez-vous les modèles ?

C. R. : Créer est ce qui me plaît le plus. Je voulais une collection féminine, structurée et confortable. Avec une styliste et une dessinatrice, nous avons donné vie à mes idées. Je me suis inspirée des pièces fortes qui me plaisent. Vous l’aurez compris, j’ai des idées très arrêtées sur ce que j’aime et ce que je n’aime pas (rires). À travers mes vêtements, j’essaie de passer un message de femme qui s’assume, qui ose, qui n’a pas peur du regard des autres. Assumer sa morphologie et se sentir belle et à l’aise, c’est vraiment ce que je souhaite véhiculer avec RECC Paris.

En tant que femme d’affaires, comment faites-vous pour conjuguer vie pro et vie perso ? Par exemple, avez-vous une nounou pour s’occuper de votre fils ?

C. R. : Lors de notre retour avec bébé à la maison, nous avons décidé de nous faire aider par une nurse « sortie de maternité ». Ma maman habitant dans les Vosges, les parents d’Hugo en Bretagne et n’ayant pas de famille proche pour nous épauler au quotidien, j’ai donc privilégié quelqu’un dont c’était le métier et je dois dire que cela nous a vraiment beaucoup aidé physiquement et psychologiquement. Elle a assuré une partie des nuits pendant deux mois et ça m’a permis d’être en forme plus rapidement, tout en apprenant les bons gestes pour m’occuper de Marlon. Aujourd’hui, il a une nurse anglaise qui nous suit aussi dans nos déplacements. En règle générale, avec mon fiancé, nous consacrons nos matinées à notre fils et nous fixons nos rendez-vous pro l’après-midi. On s’arrange pour être rentrés à la maison avant 20h et être présents pour Marlon avant le dodo…

Et vous ressortez après ?

C. R. : Non, rarement. Depuis la naissance de Marlon, on sort beaucoup moins. On voyage aussi beaucoup moins (rires). On se fait quelque fois un resto mais pour tout vous avouer, je n’ai plus envie de rentrer tard, un peu alcoolisée (rires). À 21h, je réponds aux derniers e-mails et j’éteins l’ordinateur. Je me lève tôt et je veux être au top de ma forme pour mon enfant. Ça me plaît de lui être dévouée.

C’est bientôt Noël, qu’avez-vous prévu pour ce bel événement ?

C. R. : Nous le passerons à Londres, avec ma famille et celle d’Hugo, en petit comité. Je suis contente car cette année, on va vraiment profiter. Il y a deux ans, j’étais enceinte et hyper malade, un Noël horrible ! L’année dernière, Marlon avait à peine 5 mois donc il n’a pas vraiment vécu la magie des fêtes, qui sont particulièrement féériques à Londres… Et, bien sûr, nous serons entourés d’amour par Island, notre Golden Retriever.

Quels sont vos projets pro pour 2020 ?

C. R. : Je vais continuer à me concentrer sur ma marque de prêt-à-porter, RECC Paris. Je suis aussi en train de lancer un projet beauté, mais c’est encore confidentiel, il verra le jour courant 2020. Et puis, je travaille sur le scénario d’une fiction, une série qui est au stade de l’écriture et du casting. Oups, j’en ai déjà trop dit (rires) ! Je veux travailler sur des projets de fond qui, je l’espère, vont grandir avec les années. Je ne cherche pas forcément à être sur le devant de la scène. Mon objectif, pour le futur, est d’être moins devant la caméra et plus derrière car j’ai conscience que le temps passe et que dans quelques années, je ne serai plus aussi attrayante (rires).

Retrouvez le shop online, les conseils beauté et lifestyle de Caroline Receveur sur son site

Embarquez pour 48h dans le quotidien de l'une des plus entreprenariale des influenceuses françaises, Caroline Receveur.

Suivant
karine ferri
Comments are closed.